L'Etranger

Quelques mois avant ma naissance, mon père rencontra un étranger qui était inconnu dans notre petite ville de campagne.

 

Dès le début, papa fut fasciné par ce nouvel habitant enchanteur, et bientôt l'invita à vivre avec nous au sein de notre famille. L'étranger fut vite accepté et était là pour me souhaiter la bienvenue quelques mois plus tard.

Durant mon enfance, je n'ai jamais remis en question sa place dans notre famille. Dans mon jeune esprit, chaque membre avait sa place à lui. Mon frère, Pierre, de cinq ans mon aîné, était mon exemple. Marie, ma jeune soeur, me donna l'occasion de jouer au « grand frère » et développer l'art de la taquinerie. Mes parents se complétaient dans leur enseignement maman m'a appris à aimer la parole de Dieu, et papa m'a appris à Lui obéir.

Mais l'étranger fut notre conteur d'histoires. Il pouvait tisser les intrigues les plus fascinantes. Les aventures, les mystères et les comédies étaient ses conversations quotidiennes. Il pouvait tenir toute notre famille, comme sous un charme, pendant des heures chaque soir. Si je voulais savoir quoi que ce soit sur la politique, l'histoire ou la science, il savait tout. Il savait tout à propos du passé, comprenait le présent, et soi-disant pouvait prédire le futur.

Les images qu'il pouvait dessiner semblaient tellement vivantes que souvent je riais ou pleurais en les regardant. Il était comme un ami pour toute la famille. Il nous emmena, papa, Bill et moi à notre premier grand match de base-ball. Il était toujours en train de nous encourager à voir des films, et il s'est même arrangé pour nous présenter plusieurs stars du cinéma. Mon frère et moi fûmes tout particulièrement impressionnés par John Wayne.

 

L'étranger parlait sans cesse. Papa ne semblait pas être dérangé, mais parfois, maman se levait doucement pendant que le reste de la famille était passionné par une de ses histoires de terres lointaines allait dans sa chambre, lisait sa Bible et priait. Je me demande maintenant s'il lui arrivait de prier pour que l'étranger s'en aille.

Vous voyez, mon père régnait sur notre maison avec certaines convictions morales. Mais cet étranger ne semblait jamais obligé de les respecter. Être grossier, par exemple, n'était pas permis dans notre maison ni de nous, ni de nos amis, ni de la part des adultes. Mais notre visiteur de longue date utilisait parfois des gros mots qui me brûlaient les oreilles et faisaient frémir mon père. A ma connaissance, on ne s'est jamais opposé à l'étranger. Mon père était contre l'alcool et n'en permettait pas sa consommation dans sa maison, même pas pour la cuisine. Mais l'étranger sentait qu'on avait besoin d'y être exposé et nous éclairait sur d'autres modes de vie. Souvent, il nous offrait de la bière et d'autres boissons alcoolisées. Avec lui, les cigarettes semblaient bonnes, les cigares virils et les pipes distinguées. Il parlait librement du sexe. Ses remarques étaient flagrantes, parfois suggestives et en général embarrassantes. Je sais maintenant que mes premiers concepts de la relation entre l'homme et la femme étaient influencés par l'étranger.

Avec du recul, je crois que c'était grâce à Dieu que l'étranger ne nous influença pas davantage. A de nombreuses reprises, il opposa les valeurs de mes parents, pourtant, on le réprimandait rarement, et jamais on ne lui demanda de partir.

 

Plus de trente ans ont passé depuis que l'étranger vint s'installer dans la jeune famille habitant rue des coquelicots. Mon père n'est plus autant fasciné par lui que dans les premières années. Mais si vous deviez entrer aujourd'hui dans la maison de mes parents, vous le verriez toujours assis dans un coin, attendant que quelqu'un vienne l'écouter parler et le regarder dessiner.

Son prénom ? Nous, on l'appelait toujours « Télé ».

Portail Chrétien "Nouvelle Naissance"

"Où sera le corps, morts, Là s'assembleront les aigles." d'Apocalypse 10 : 7

Au jour où retentira la trompette du septième ange, tout le plan de Dieu s'accomplira, conformément à la Bonne Nouvelle qu'il a communiqué à ses serviteurs, les prophètes! "  d'Apocalypse 10 : 7. Ce sont des choses que l’œil n’a pas vues, que l’oreille n’a pas entendues, qui ne sont pas montées au cœur de l’homme. Mais Dieu les a révélées à ceux qui l’aiment. Voici la révélation,  LA PAROLE EST AVEC DIEU, VOTRE VIE EST AVEC DIEU