Témoignage du Pasteur Jean-Pierre Jannot

Le couple Jean-Pierre & Angela Jannot

Comment j’ai rencontré Dieu: ma conversion

 

Je suis issu d’une famille mixte, mon père était catholique, mais ne pratiquait pas cette religion, ma mère était protestante et croyante, et nous a souvent parlé de Jésus dans notre enfance. J’étais l’aîné de trois frères et nous vivions depuis notre naissance en Algérie près d’Oran où mon père était instituteur.

Durant mon enfance, je n’ai connu que la peur des attentats, des bombes et des grenades qui explosaient dans les magasins, plusieurs fois je faillis être tué pas des éclats de grenade offensive lancée dans des épiceries ou des cafés tenus par des français, plusieurs fois je me suis trouvé dans la rue entre des tirs d’arme automatique, je n’ai eu que le temps de me cacher dans une montée d’escalier ou derrière un arbre. Je me souviens surtout de l’angoisse de la nuit, où nous entendions les blindés de l’armée partir en opération, passer sous nos fenêtres, et de loin en loin le bruit d’explosions et de tirs …

 

Ma mère étant allemande, mes parents, devant la dégradation de la sécurité et les menaces reçues, décidèrent en 1960 de nous envoyer, mon frère et moi, chez nos grands-parents en Allemagne, afin de nous mettre en sécurité. Avant de nous y rendre, nous devions passer les vacances d’été dans une colonie de vacances dans les Vosges à Guebwiller. J’avais 13 ans et demi, lorsque je pris le bateau à Oran pour me rendre à Marseille, avec mon petit frère, puis en train jusqu’à Mulhouse, où l’on vint nous chercher pour cette colonie de vacances.

Les vacances se passèrent et nous avons découvert, mon frère et moi, la tranquillité, la sérénité, les promenades en forêt, les beaux paysages… Je fis la connaissance dans cette colonie, d’un moniteur, qui devait avoir une vingtaine d’années, et vers lequel je fus attiré, et auprès duquel je me sentais en sécurité. C’était un chrétien, un jour, tout particulièrement mémorable pour moi, il me parla de l’Amour de Jésus, combien il souffrit, et qu’il mourut pour nous, pour nos péchés, nos fautes, pour nous pardonner … Je me souviens de ce 15 juillet 1960, comme si c’était hier, il me dit :

« Il faut donner ton cœur au Seigneur Jésus » !

Et je le fis à l’instant même où il me le dit ! Là, au milieu de la cour, dans cette colonie de vacances, où il y avait peut être plusieurs centaines d’enfants, je me souviens m’être effondré en pleurs d’avoir senti tellement fort l’Amour du Seigneur pour moi, j’ai pleuré et pleuré, et plus j’y repensais, plus je pleurais, cela dura des heures…puis je suis rentré dans le bâtiment-dortoir, j’essayais d’en parler à d’autres de mon âge, mais sans pouvoir réellement partager ce qui m’arrivait, mais je sentais que ma vie avait changé, tout avait basculé, je ne voyais plus du tout les choses, les situations, les personnes autour de moi de la même façon ;

J’écrivis immédiatement à mes parents restés en Algérie et leur fis part de ce qui m’était arrivé, et que je n’étais plus le même, je leur demandais pardon, je mis des choses en ordre, des mensonges des larcins, des coups tordus que j’avais fais à mes frères … mes parents et ma famille ne comprirent rien de ce qui se passait, j’étais loin d’eux … et ils ne pouvaient pas maîtriser ce qui m’arrivait, ils ne comprirent pas. Il lisaient les lettres, me répondaient gentiment, ne m’ont jamais rejeté, mais je voyais bien qu’ils ne comprirent absolument pas ce qui m’arrivait.

 

L’été finit, je partis pour l’Allemagne, chez mes grands-parents, où je dus m’inscrire au Collège, j’étais en 4°, je ne parlais pas l’allemand, mais j’appris très vite, en quelques mois je fus intégré dans la famille et le pays, mais il y avait une chose que je recherchais c’était une église. J’avais besoin de me retrouver avec des gens qui pensaient comme moi, partager ce qui nous arrivait et surtout apprendre la Bible que j’avais commencée à lire mais j’avais tellement de questions, à qui les poser ? qui pourra répondre ?

J’ai trouvé assez rapidement une église protestante proche de chez mes grands-parents et je m’y rendais assidûment tous les dimanches matin, je m’y trouvais bien, mes grands parents ne comprenaient pas mon zèle de me rendre à l’église chaque dimanche, alors que personne dans la famille ne pratiquait aucune religion, mais il ne firent pas obstacle à ma détermination. Je passai 18 mois en Allemagne et retournai en Algérie, il faut dire que mon année scolaire de 4° fut désastreuse, et qu’il semblait que la situation en Algérie allait s’améliorer.

En même temps que mon retour, tout près de chez nous, des missionnaires français organisaient des réunions d’évangélisation, ouvertes à tous, dans le village où nous habitions (c’étaient des Pentecôtistes, je l’appris plus tard).

Immédiatement j’entraînai ma mère dans ces réunions, je trouvais cela formidable, entendre parler de Jésus, être invité à lui donner sa vie, vivre pour lui, vivre par la foi, et puis il y avait des guérisons miraculeuses, et des chants merveilleux…

 

Ma mère adhéra tout de suite et donna sa vie au Seigneur en 1962 et se fit baptiser. A cette époque l’on ne baptisait que les adultes j’avais presque 15 ans, mais je ne pouvais pas être baptisé, surtout que mon père n’y était pas favorable à cette époque.

Durant les mois qui suivirent, la situation politique se dégrada jour après jour en Algérie, ce pays allait avoir son indépendance et nous, français, nous allions devoir partir. Tout alla très vite, nous avons tout quitté, et sommes rentré sur un chalutier avec plusieurs autres familles et avons débarqué le 2 juillet 1962 à Torre Vieja en Espagne, puis par le train, avons rejoint la France. Durant cette période, ma grand-mère paternelle qui était avec nous en Algérie connut de son côté, tout à fait indépendamment de nous, le Seigneur et lui donna sa vie. Mon père, toujours très dur, fut également touché par la main du Seigneur qui le protégea et lui épargna la vie à plusieurs reprises, et alors que de nombreuses familles que nous avions connues, nos amis là-bas, furent massacrées, Dieu dans Sa Bonté, nous avait épargné ; mon père fut baptisé quelques années plus tard.

Mon père eut son affectation à Annecy, quelques mois plus tard, et je fus baptisé dans les titres le 23 février 1963.

Comment j’ai découvert le Message ? Et par qui ?

 

Mes parents, mes frères nous fréquentions une Assemblée Pentecôtiste indépendante à Annecy, il me semblait qu’il y avait comme un malaise, je ressentais comme un malaise, je sentais que cela ne durerait pas longtemps comme cela. La vie de l’église était triste, comme un fardeau, on allait à l’église comme à l’abattoir, plus de joie, plus de guérisons, plus de miracles, beaucoup de parlers en langues, beaucoup de règlements de comptes … J’ai connu à cette époque les réunions de gitans, tziganes, joyeuses, chants de victoire, témoignages …Et c’est lors d’une réunion sous la tente de ces gitans que j’ai rencontré ma future épouse Sœur Angéla, nous avions 17 ans.

Durant cette année là, mes parents quittèrent cette Assemblée, pour rejoindre les Assemblées de Dieu, mouvement pentecôtiste officiel, du fait de la survenance de nombreux problèmes d’église, dans la première Assemblée.

Entre temps, Angéla et moi nous nous sommes fiancés et je partis à l’armée pour 16 mois, nous parlions beaucoup de la situation des églises, du besoin de réveil, avec un groupe de jeunes gens de notre âge, nous faisions des réunions de prière, hors de l’église, pour faire que quelque chose se passe, il devait se passer quelque chose ! Durant cette période entre l’armée et notre mariage, le Seigneur mit dans mon cœur une conviction forte sur le ministère de pasteur (c’était la période la plus critique de notre vie avec ma fiancée qui n’était pas encore ma femme, le Seigneur m’appela pour un jour exercer le ministère de pasteur, pas prédicateur, pas évangéliste ou enseignant, mais bien pasteur). Ma femme s’en souvient, et je m’en souviens, avant d’engager nos vœux ensemble, je le lui dis, es-tu sûre de vouloir épouser un homme qui risque un jour d’être appelé à être pasteur ? Nous avions aussi devant les yeux de si mauvais modèles que, je vous assure, cela ne vous donnait nullement le désir humain d’être pasteur ! J’avais 18 ans.

Donc, nous prions pour que quelque chose se produise …

 

Le Seigneur allait répondre, Il avait entendu, mais Il allait aussi répondre, et pas du tout de la façon à laquelle nous nous attendions.

Un soir en rentrant de permission (j’étais à l’armée à Grenoble), je rencontre dans le hall de la gare d’ Annecy, un chrétien, un jeune de mon âge, qui allait dans la première Assemblée que nous avions connue à Annecy, nous nous étions perdus de vue depuis plusieurs années, et voilà que ce jeune frère (son nom est Fernand Fait – actuellement Pasteur à Levis au Québec CND) distribuait des brochures en 1968, dans le hall de la gare, des brochures d’un certain William Branham, un Prophète envoyé par Dieu, avec un message qui allait réveiller les églises, et balayer tous leurs problèmes !!!… C’est comme cela que je l’entendis. La brochure en français était intitulée « Reconnaissez le Jour et Son Message ».

Réveillez l’église, balayer les problèmes, un message puissant … c’est ce que je demandais à Dieu, oui, mais un Prophète ! Il n’y a plus de prophètes sur la terre depuis Jean-Baptiste ! Tout lecteur de la Bible sait cela, comment cet homme s’appelle-t-il « Prophète » ? Et puis je lus cette brochure, j’avoue ne pas avoir été touché ni emballé pas la lecture, je ne comprenais pas bien ce message. Je ne voyais rien de révolutionnaire dans ce message, de même que dans ceux que je lus dans les mois qui suivirent.

En mars 1969, nous nous sommes mariés Angéla et moi, et le pasteur de l’Assemblée Pentecôtiste voyait bien que cela n’allait pas chez les jeunes de l’église, mais il n’avait pas non plus la solution. Entre temps le Frère Fait fut mis dehors de son Assemblée car il commençait à prêcher le message du Prophète de Dieu, le baptême au Nom du Seigneur Jésus, tous ceux qui n’avaient pas été baptisés dans Ce Nom, devaient être rebaptisés, la tenue des femmes, les dons spirituels dans l’église …

 

En septembre 1969, ma décision fut prise et avec mon épouse nous quittions les Assemblées Pentecôtistes de même que plusieurs autres jeunes ou jeunes couples, et rejoignions, dans un garage, en sous-sol d’un immeuble de Cran Gevrier (périphérie d’Annecy), Frère Fait et son groupe, pour entendre « prêcher » ce message.

Une anecdote de cette période, lorsque je quittai mon pasteur pentecôtiste et que je suis allé lui parler du message de Frère Branham, et de l’église qui commençait, je n’ai pas pu lui dire grand chose, car ce brave frère est entré dans une furie, m’a déballé toutes sortes de méchancetés, mais une phrase que j’ai retenue et qui certainement fut une fausse prophétie, en 1969 il me dit, très en colère : « ce Message ne durera pas plus que le temps d’une rose » !!!Pour lui cela voulait dire très peu de temps comme la vie d’une fleur, mais ce qu’il ne savait pas c’est que ce Message c’est la Rose de Sharon, et qu’Il ne peut pas se faner !

L’Assemblée d’Annecy s’est développée rapidement, puis en Suisse, puis le Frère Le Picard revint des Etats Unis avec les Actes du prophète, ils nous prêchèrent et témoignèrent de beaucoup de choses survenues dans la vie du prophète, mais aussi de la sanctification, de la doctrine de la semence du serpent, de l’unité de la Divinité, du véritable baptême …

Tout cela faisait tellement «amen» dans mon cœur, et je commençais à travailler avec Frère Fait à l’œuvre de traduction et de duplication des bandes magnétiques, et de quelques brochures en français, j’ai effectué des tournées en France et en Suisse avec ces frères, projetant dans de petites salles, des arrières de bistros, de ville en ville, le film la Profondeur appelle la Profondeur, le Prophète du XX° Siècle, mais il me semblait que quelque chose manquait à tout cela, il me semblait que je n’avais pas compris le principal du Message, inconsciemment j’attendais quelque chose de plus. Bien sûr il y avait du résultat, les gens sortaient des églises et acceptaient l’enseignement du Prophète, il y avait une sanctification que nous n’avions pas connue dans les Assemblées Pentecôtises … Mais c’était dur de suivre, mon épouse avait beaucoup de mal à suivre des réunions de 3 ou 4 h où l’on lisait des citations de Frère Branham et où l’on essayait de démontrer une doctrine, ou de détruire une doctrine adverse …

 

Mon Ministère, et L’Eglise Locale :

 

Durant les années 80 beaucoup de choses se sont passées dans ma vie, et ont concouru à mon bien, à la formation du Caractère de Christ en moi, l’Image Parole devant être reproduite dans chaque fils de Dieu, et le Grand Tuteur, le Saint Esprit sait parfaitement sur quel chemin nous placer pour nous faire avancer vers cette Perfection. C’est Merveilleux et je ne peux que remercier le Seigneur Jésus Christ, de ce qu’au lieu de nous détruire, toutes ces épreuves auraient pu nous détruire, mais au contraire Il a construit son homme parfait, et c’est ainsi qu’Il fait avec chaque fils et fille de Dieu.

Durant la période qui s’échelonne entre mes 18 ans et l’année de mes 43 ans j’ai complètement oublié ce que le Seigneur m’avait dit, très tôt, sur le ministère de pasteur auquel il m’appellerait un jour. Ma femme est là pour en témoigner, nous n’en avons jamais plus reparlé, le Seigneur non plus du reste ! J’étais dans une église où je me sentais bien, les miens étaient bénis, nous nous réjouissons avec les frères et sœurs des promesses divines, tout allait bien, mais un jour tout allait basculer pour moi et les miens.

Toutes sortes de péripéties se sont produites et ont fait que je fus mis en dehors de l’église où j’étais. Je ne peux aujourd’hui détailler tout cela, mais beaucoup parmi les lecteurs ont connu ou ont été informés de ce qui s’est passé.

Le 15 février 1990, nous ne retrouvons ma femme et mes enfants, ainsi que quelques sœurs qui nous avaient suivis, hors de l’église, sans église, sans pasteur, rejetés par nos amis, seuls.

Seuls, pas vraiment, car Quelqu’un s’occupait de nous et même à notre insu.

Ce jour là, un dimanche matin, le Seigneur descend dans ma chambre et une pensée s’impose à moi, sans passer par ma propre pensée, je n’ai pas réfléchi pour avoir cette pensée. Elle dit « prends ta Bible et prêche ce que tu crois à ta famille, à tes bien aimés, réunis les et prêche-leur »

 

En tant que diacre et prédicateur occasionnel j’avais déjà exhorté et encouragé les croyants dans l’église locale où je me trouvais, mais là, c’était différent, pas d’église, pas de pasteur, qu’est ce que je dois prêcher ? Et à ce moment même, le souvenir de ce que j’avais entendu à 18 ans, 25 ans auparavant, me revient à l’esprit, l’appel au ministère de pasteur m’est revenu : tu dois y aller !

Par la Grâce de Dieu, l’église d’Annecy est née ce jour là, et je me souviens que le Prophète de Dieu nous a dit : « L’église ce n’est pas vous, c’est le Saint Esprit ! ». Nous avons durant 18 mois tenu l’église dans notre maison, je prêchais un dimanche, le dimanche suivant nous passions une vidéo de New York que je traduisais pour les croyants, et nous avons eu des temps bénis dans le Saint Esprit, des scellements, des guérisons, puis nous avons loué un premier local à Cran Gevrier (périphérie d’Annecy) puis un deuxième un peu plus grand dans lequel nous sommes depuis 1993.

La région annecienne est une région où il y beaucoup de chrétiens dans le message, c’est le berceau du message (avec la Suisse proche) dans la francophonie. Dans les années 1980, il y avait 6 églises dans le message autour d’Annecy, aujourd’hui nous sommes les seuls à continuer à prêcher les promesses de Dieu, beaucoup se sont lassés, l’âme découragée, le temps, les années qui passent, les épreuves, les problèmes d’église, c’est vraiment une Grâce de pouvoir tenir dans cette saison, après tous les combats traversés.

Conclusion de mon témoignage :

 

 

Avec tout ce que je sais, avec toute l’expérience que j’ai acquise, avec la formation et l’entraînement que le Seigneur m’a fait suivre toutes ces années, je suis prêt à manifester pleinement ce que je suis. Quelqu’un pensera que je suis un vieux présomptueux, ni l’un ni l’autre, je m’attends durant cette année 2007, à la Manifestation de ce que je suis réellement, un Fils de Dieu ! Et vous devez vous préparer, dans votre pensée, à la Manifestation de ce que vous êtes, des fils et des filles de Dieu. Que vous ayez 18 ans, 30 ans ou 60 ans, cela ne fait aucune différence pour le Seigneur !

Quelqu’un me demanderait : si tu pouvais revenir en arrière, que changerais tu ?

Je pourrais lui répondre tout bas : surtout je ne changerais rien !

Il pourrait répondrait : mais tu te trouves si bien ? tu n’as fait aucune erreur ?! que tu ne veuilles rien changer ?

Non, j’ai fait beaucoup d’erreurs, de fautes, je me suis souvent trompé, quelques fois je prenais des décisions trop hâtives d’autres fois je n’arrivais pas à en prendre, mais le Saint Esprit agissant dans mon cœur, a toujours utilisé mes erreurs, pour me parler, m’apprendre quelque chose, me redresser, me faire progresser, me faire grandir, me rapprocher des gens, m’apprendre à les comprendre …C’est l’Esprit du Seigneur qui le fait et qui utilise nos faiblesses pour Se glorifier, et surtout nous garder dans l’humilité.

Sincèrement, si je n’avais pas fait toutes ces erreurs, je ne serais ce soir, alors que j’écris ce témoignage, qu’un vieil orgueilleux puant.

J’ai appris à dire : « Seigneur, si quelque chose a bien marché, à toi la Gloire, c’est Toi qui l’a fait réussir ! Si quelque chose a échoué, apprends moi Seigneur de mon échec, parle moi Seigneur ! »

 

Alors ma plus grande satisfaction, c’est d’avoir été scellé du Saint Esprit en Mai 1983, et de savoir, cela ne m’a jamais plus quitté depuis, que je ne passerai pas par la mort, mais que je vivrai pour proclamer les œuvres du Seigneur ! Ma deuxième satisfaction c’est d’avoir toujours eu ma femme à mes côtés, et ce devait être difficile pour elle car elle devait faire confiance sans avoir entendu la chose que j’ai entendu, vous recevez une révélation de Dieu, mais votre femme à côté n’a pas obligatoirement vu la chose que vous voyez au même moment, et elle doit avoir suffisamment confiance pour vous suivre… Il est certain qu’elle doit avoir aussi fait son expérience avec le Surnaturel de son côté, mais ce n’est pas toujours simultané.

Ma plus lourde épreuve, ce fut lorsque ma famille et moi-même sommes restés seuls, abandonnés de nos amis, pendant 4 années, pour avoir dénoncé un scandale qui s’est avéré être un véritable scandale aux yeux du monde entier, des années après. Mais Gloire à Dieu, c’était le chemin de notre maturité, il fallait que nous y marchions, et je n’en veux à personne.

Vous savez le meilleur antidote contre le découragement, c’est d’être continuellement dans l’adoration, et pour cela il faut être dans la Parole, il faut que la Parole soit en vous continuellement. Comment ? La Parole vous montre votre position, qui peut être fondamentalement différente de votre condition. Votre position c’est prédestiné, c’est éternel, c’est absolument immuable, votre condition c’est passager, c’est temporaire, ça a commencé à un moment, ça finira à un moment. Regardez votre condition présente de cette façon là, et vous ne serez jamais plus découragés !

Je suis pasteur depuis 1990, mais je fus positionné dans l’église locale d’Annecy (Savoie) comme pasteur à Pâques 2004, une approbation de Dieu dans ma vie, l’église locale ne sait pas le détail de cela, mais elle en a ressenti les effets, je ne connais pas la Dynamique de cela, mais je sais que le Seigneur m’a positionné dans mon Ministère Local avec une vertu particulière, ce n’est pas moi, je ne suis pas capable de quoi que ce soit, c’est Lui.

Dans l’année 2005, par la grâce et la volonté de Dieu, nous rencontrons à Annecy le couple Berdon qui réside à Gardanne à proximité de Marseille, de là un petit groupe d’une vingtaine de croyants se met sous l’autorité de mon ministère, dans cette continuité du plan de Dieu, des biens-aimés entrent dans l’inspiration de l’heure.

Maintenant j’attends mon Adoption dans ma place de pasteur, donc en tant que pasteur je veux vous dire : serrez les rangs, pressez le pas, faites tous vos efforts pour rester groupés, unis, oints, car Le Seigneur est proche ! Ne laissez rien vous éloigner de la promesse qu’Il vous a faite ! Soyez remplis jusqu’à toute la Plénitude, jusqu’à la mesure de l’Homme Parfait : Christ.

 

Aimez votre pasteur, respectez le, soutenez le, honorez-le !

Il est l’ange que Dieu vous a envoyé !

Que le Seigneur vous bénisse ! Je vous aime comme ma famille ! Shalom

 

Pasteur J.P. JANNOT

© 2020 Portail chrétien Nouvelle Naissance.

Tous droits réservés. Association Nouvelle Naissance déclarée à la sous préfecture Aix en Provence - 13 - Bouches du Rhône - FRANCE